Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Intervention au Mali – un saut en Afrique, la nouvelle méthode d´occupation occidentale! La porte d´entrée de la nouvelle colonisation est le nord du Mali.

Publié le par afforafricans

Intervention au Mali – un saut en Afrique, la nouvelle méthode d´occupation occidentale! La porte d´entrée de la nouvelle colonisation est le nord du Mali.

«Pacification», «rétablissement de l'ordre», «soldats de la paix», «Mandat», «civiliser les indigènes» - c'est le vocabulaire de l'époque coloniale. Les «Territoires sous mandat» existent là encore. «Civiliser les indigènes» est désormais appelé «construction de la société civile», le «rétablissement de l'ordre» est appelée «construction d´une nation postmoderne», la «pacification» signifie «mission humanitaire». Le vocabulaire est un style contemporain, le contenu est identique. Une nouvelle guerre coloniale est menée actuellement au Mali, les concurrents coloniaux se préparent pour se partager le gâteau et ceci au prix du sang. Les méthodes des envahisseurs(colons occidentaux impérialistes sous les manteaux de leurs gouvernements) sont restées les mêmes, la seule différence, c´est l´entrée brutales à l´aide des terroristes. Le but est de créer un chaos(action) dans lequel les populations vulnérables sont attaquées et maltraitées jusqu´au bout de souffle(désordre), ensuite cette dernière fait recours à l´aide, les charognards colons impérialistes décident d´apporter leurs soutiens(réaction) et aides, c´est ainsi qu´ils érigent leurs machines d´exploitation des ressources(humaines et minière) Il est peu probable que les nouveaux colonialistes se limiteront au Mali choisi comme porte d´entrée. L'Algérie n'a pas encore été «pacifié», c´est à dire la pacification n´est pas satisfaisante, et dans certains Etats voisins, l'occasion sera de voir les choses de tout près. La voie est ouverte, l´Allemagne n´entend pas laisser le terrains/gâteau, pas même seulement pour les Français, les Britanniques et les concurrents américains. Chacun veut sa part du gâteau …

Commenter cet article